Informations importantes Covid 19

Recommandations de l’IGHG au sujet du COVID-19 pour les personnes traitées pour un cancer alors qu’ils étaient enfants, adolescents ou jeunes adultes. Les informations sont mises à jour suivant l’avancée des connaissances.

DOCUMENT en français à télécharger : https://www.ighg.org/wp-content/uploads/2020/05/FRENCH_2020_05_14_IGHG_statement_for_COVID_Final_v3.0.pdf

*Groupe international sur l’harmonisation des recommandations sur les effets à long terme des cancers de l’enfant.

Le droit à l’oubli et les assurances de prêts bancaires : un exemple concret

par Anne-Laure, membre du Conseil d’Administration de l’association Les Aguerris

Pour un aguerri, la demande d’assurance pour un prêt bancaire rime souvent avec « grosse galère » ! Cela peut être le cas ou pas… Cela peut être le parcours du combattant dans les démarches administratives… mais il faut aller au bout car le résultat peut être une bonne nouvelle.

Faut-il déclarer notre cancer dans l’enfance ? Faut-il déclarer nos séquelles ? Faut-il parler des différentes surveillances médicales que l’on a (surveillance cardiaque, rénale, thyroïdienne, etc.) ? De nombreuses questions se posent souvent pour nous.

Pour ma part, depuis quelques mois, je suis en plein dans ce sujet car j’ai fait une demande d’assurance pour un prêt immobilier. Je vais donc vous expliquer mon vécu et mes démarches. Mais bien sûr, cela n’est qu’un cas particulier et chaque cas est différent donc il ne faut pas vouloir essayer de généraliser un exemple individuel.

Lire la suite

Droit à l’oubli : précisions importantes

Merci à l’UNAPECLE de nous avoir fait parvenir ces informations.


De l’avis des demandeurs de prêts bancaires, les questionnaires d’assurance restent ambigus par la formulation des questions.
Les adultes guéris d’un cancer pédiatrique hésitent dans leurs réponses. Est-il prévu une nouvelle campagne d’information ?

Réponse des membres du groupe AERAS dont la représentante de France Assos Santé :

Comme ce droit évolue constamment en fonction des nouvelles données médicales sur les pathologies graves, des campagnes d’information sont régulièrement mises en place.
Pour les adultes guéris d’un cancer pédiatrique :

aux questions du type « avez-vous été malade ? » ou « avez vous reçu un traitement dans les 5 ou 10 dernières années ? », les adultes guéris d’un cancer pédiatrique et n’ayant plus de traitement depuis 5 ans pour cette pathologie doivent répondre « Non » .

– si, mal informés, ces personnes répondent « Oui », ils devront donc préciser leur maladie (cancer pédiatrique). Dans ce cas, c’est à la société d’assurance de s’informer de la date de la fin des traitements. Si les derniers traitements remontent à plus de 5 ans, c’est à la société d’assurance d’appliquer la loi et de ne pas majorer l’assurance souscrite.

– si sur l’assurance est néanmoins appliquée une majoration, un recours auprès de la commission AERAS est prévue afin d’annuler cette surprime.

En savoir plus sur les emprunts, les assurances, le droit à l’oubli : ICI

Le guide « Démarches sociales et cancer » a été actualisé

démarches sociales

Publié par l’Institut National du Cancer avec le soutien de la Ligue contre le cancer, ce guide apporte des informations détaillées sur les dispositifs sociaux, financiers et juridiques à mobiliser pendant et aussi après la maladie.

Particulièrement intéressants pour les aguerris, les chapitres

  • Prêts bancaires et assurances
  • Poursuivre son parcours dans l’enseignement supérieur

mais également des infos sur les aides à la personnes, le reclassement professionnel etc…

Télécharger le Guide :  Démarches sociales et cancer

 

 

Programme de dépistage DéNaCaPST

Il est possible de participer au programme DeNaCaPST par l’intermédiaire de votre médecin  (médecin généraliste, gynécologue, endocrinologue, ou autre), que celui-ci exerce en milieu hospitalier ou libéral.
Sachez que les médecins libéraux sont dédommagés pour vous suivre dans le cadre du programme DeNaCaPST, car la consultation dure un peu plus longtemps qu’une consultation habituelle.
Par ailleurs, même si vous avez été traité(e) il y a longtemps et que votre dossier médical ne comporte pas d’informations précises ou a été perdu, il est possible de vous faire suivre.
Pour savoir qui contacter, envoyez un mail à denacapst@inserm.fr